bienfaits scientifiquement prouvés du Curcuma et de la Curcumine sur la santé

12 bienfaits scientifiquement prouvés du Curcuma et de la Curcumine sur la santé

Les allégations de santé sur la curcumine, le principe actif du curcuma, ne manquent pas. Mais que dit la recherche ?

Comme de nombreuses épices, le curcuma (Curcuma longa) est utilisé depuis longtemps dans la médecine traditionnelle. Cette épice pleine de saveur est principalement cultivée à partir des rhizomes, ou racines, d’une plante à fleurs en Inde et dans d’autres parties de l’Asie du Sud-Est. En plus de donner au curry sa couleur jaune vif, le curcuma est également connu pour avoir de puissantes propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, selon une revue passée.

Le principal composant actif du curcuma – et celui qui donne à l’épice sa couleur jaune caractéristique – est la curcumine. En fait, on peut attribuer à la curcumine la plupart des bienfaits potentiels du curcuma pour la santé. « La curcumine est un antioxydant naturel qui a des effets anti-inflammatoires, ainsi que des effets positifs liés au ralentissement du processus de vieillissement et à la prévention de la maladie d’Alzheimer et de la dépression », explique Elizabeth Ann Shaw, RDN, propriétaire de Simple Swaps Consulting à San Diego, en Californie.

Malheureusement, le curcuma (et la curcumine en soi) ne s’absorbe pas bien dans le sang, et le fait de le mettre dans le curry une fois par mois ne vous apportera probablement pas les bienfaits anti-inflammatoires et antioxydants souhaités, explique Dana Angelo White, RD, propriétaire de Dana White Nutrition. Pour atteindre les quantités de curcuma et de curcumine dont les études ont montré les bienfaits, vous devrez vous tourner vers les suppléments.

Néanmoins, vous pourrez peut-être en tirer des avantages en ajoutant du poivre noir chaque fois que vous utiliserez du curcuma, et/ou en prenant un supplément de curcuma qui incorpore du poivre noir. « Il y a un composé dans le poivre noir appelé pipérine qui aide en fait à rendre le curcuma plus biodisponible », explique M. White. La biodisponibilité fait référence à la quantité d’une substance qui est absorbée ou qui peut être utilisée par l’organisme. Par exemple, une étude antérieure a montré que la consommation de 20 milligrammes (mg) de pipérine et de 2 grammes (g) de curcumine augmentait la biodisponibilité de 2 000 %.

Nous présentons ici les nombreux avantages potentiels du curcuma et de la curcumine.

1. La curcumine est un anti-inflammatoire

L’une des principales revendications du curcuma est qu’il est couramment utilisé pour combattre les inflammations, et que l’essentiel des pouvoirs anti-inflammatoires du curcuma peut être attribué à la curcumine. En fait, selon une étude antérieure, la curcumine, si elle est bien dosée, peut être un traitement anti-inflammatoire plus efficace que les médicaments courants de lutte contre l’inflammation comme l’Advil (ibuprofène) et l’aspirine.

Comme l’inflammation chronique contribue à de nombreuses maladies chroniques, la curcumine peut aider à traiter des affections comme les maladies inflammatoires de l’intestin, la pancréatite et l’arthrite. Nous reviendrons plus tard sur certains de ces bienfaits spécifiques.

2. La curcumine peut protéger contre les maladies cardiaques

Une étude antérieure montre que la curcumine pourrait améliorer la fonction endothéliale, c’est-à-dire la santé de la fine membrane qui recouvre l’intérieur du cœur et des vaisseaux sanguins. Cette membrane joue un rôle clé dans la régulation de la pression sanguine. La diminution de la fonction endothéliale est associée au vieillissement et à un risque accru de maladie cardiaque. Ainsi, la curcumine peut contribuer à protéger contre la perte de fonction liée à l’âge et à réduire la probabilité de développer une maladie cardiaque.

Dans une étude, les chercheurs ont comparé les effets d’un programme d’exercice aérobique de huit semaines et d’un supplément de curcumine sur l’amélioration de la fonction endothéliale chez les femmes ménopausées. Les deux groupes ont constaté une amélioration égale de la fonction endothéliale, tandis que le groupe témoin n’a constaté aucun changement.

Une autre étude a révélé que la curcumine était aussi efficace pour améliorer la fonction endothéliale chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (les maladies cardiaques sont une comorbidité courante du type 2) que le médicament Lipitor (atorvastatine), un médicament couramment prescrit pour réduire le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Néanmoins, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si la curcumine est une stratégie de traitement à long terme sûre et efficace pour les personnes souffrant de maladies cardiaques.

3. La curcumine peut prévenir (et éventuellement aider à traiter) le cancer

L’inflammation étant liée à la croissance des tumeurs, les composés anti-inflammatoires tels que la curcumine peuvent jouer un rôle dans le traitement et la prévention de divers types de cancer, notamment les cancers colorectal, pancréatique, de la prostate, du sein et de l’estomac. En fait, des recherches menées sur des souris suggèrent que la curcumine pourrait contribuer à ralentir la propagation des cellules tumorales et même empêcher la formation de tumeurs.

Elle peut le faire de plusieurs manières, notamment en perturbant la formation de cellules cancéreuses à différents stades du cycle cellulaire, en interférant avec les voies de signalisation des cellules, et même en provoquant la mort de ces cellules cancéreuses.

Il reste à déterminer si la curcumine peut aider à traiter le cancer chez l’homme, mais les recherches sont en cours.

4. La curcumine peut aider à atténuer les symptômes de l’arthrose

Grâce à ses puissantes propriétés anti-inflammatoires, la curcumine pourrait constituer une option de traitement à long terme sûre et efficace pour les personnes souffrant d’arthrose. Dans une étude antérieure, les personnes atteintes d’arthrose qui prenaient 1 000 mg/jour de Meriva ont constaté des améliorations significatives de la raideur et des fonctions physiques après huit mois, alors que le groupe témoin n’a constaté aucune amélioration.

Meriva est un traitement breveté composé d’un mélange naturel de curcuminoïdes (75 % de curcumine, 15 % de déméthoxycurcumine et 10 % de bisdéméthoxycurcumine), de phosphatidylcholine (une substance chimique présente dans les œufs, le soja et d’autres aliments) et de cellulose microcristalline (une pâte de bois raffinée couramment utilisée par les industries pharmaceutique et alimentaire).

Et une étude sur des souris publiée dans le numéro de juin 2016 de Arthritis Research & Therapy a montré que 50 mg de curcumine orale par kilogramme de poids corporel ralentissait considérablement la progression de l’arthrose, alors qu’un traitement topique à la curcumine soulageait la douleur. Cela dit, on ne sait pas encore si ces bienfaits s’appliqueraient à l’homme.

5. La curcumine peut aider à traiter ou à prévenir le diabète

Selon une revue d’études antérieures, la curcumine pourrait aider à traiter et à prévenir le diabète, ainsi que les troubles associés comme la néphropathie diabétique (également appelée maladie rénale diabétique), qui touche les personnes atteintes de diabète de type 1 et de diabète de type 2. Un inconvénient : De nombreuses études n’ont été réalisées que sur des animaux, et non sur des humains.

Par exemple, une étude a montré que l’administration de 80 mg de tétrahydrocurcumine (l’une des principales substances de la curcumine) par kg de poids corporel à des rats atteints de diabète de type 2 pendant 45 jours entraînait une diminution significative du sucre dans le sang, ainsi qu’une augmentation de l’insuline plasmatique.

Une étude sur des souris obèses atteintes de diabète de type 2, publiée dans le numéro de juillet 2019 de Nutrition & Métabolisme, révèle que les suppléments de curcumine ont contribué à abaisser le taux d’insuline dans le sang après 16 semaines.

Par ailleurs, la curcumine peut aider à prévenir le diabète grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, et améliorer de nombreux facteurs qui contribuent au diabète, notamment la résistance à l’insuline, l’hyperglycémie et l’hyperlipidémie (terme médical pour décrire des niveaux élevés de graisses dans le sang ; un type d’hyperlipidémie est caractérisé par des niveaux élevés de LDL, ou « mauvais » cholestérol). Néanmoins, d’autres études sur l’homme sont nécessaires pour le confirmer.

6. Le curcuma peut aider à retarder ou à inverser la maladie d’Alzheimer

Le curcuma peut même protéger votre cerveau contre des maladies dégénératives courantes comme la maladie d’Alzheimer. Comment ? En augmentant les niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), une protéine présente dans le cerveau et la moelle épinière qui joue un rôle clé dans le maintien des cellules nerveuses (neurones) en bonne santé, ainsi que dans la régulation de la communication entre les cellules nerveuses, qui est essentielle pour l’apprentissage et la mémoire. Comme les maladies cérébrales courantes comme la maladie d’Alzheimer sont associées à des niveaux plus faibles de BDNF, le curcuma (la curcumine en particulier) peut aider à retarder ou à inverser la dégénérescence cérébrale.

Cela dit, la plupart des recherches ont été effectuées sur des souris. Les chercheurs notent que d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer l’efficacité du curcuma dans la prévention et le traitement des maladies cérébrales courantes.

7. Le curcuma peut jouer un rôle dans le traitement de la dépression

Comme la maladie d’Alzheimer, la dépression est également associée à des niveaux plus faibles de BDNF. Grâce à la capacité du curcuma à augmenter les niveaux de BDNF, l’épice est prometteuse en tant qu’antidépresseur efficace. En fait, une étude a montré que l’injection de 50, 100 ou 200 mg/kg de curcumine à des rats pendant 10 jours entraînait une augmentation du BDNF proportionnelle à la dose, la dose supérieure de 200 mg/kg ayant des effets antidépresseurs plus importants.

Entre-temps, dans une étude chez l’homme publiée dans le numéro d’avril 2014 de Phytotherapy Research, les chercheurs ont réparti au hasard 60 patients souffrant de troubles dépressifs majeurs dans l’un des trois groupes : un groupe a reçu 20 mg de fluoxétine par jour (le Prozac est une marque commune), un autre a reçu 1 000 mg de curcumine et un troisième a reçu une combinaison des deux. Au bout de six semaines, les trois groupes ont constaté des améliorations comparables, ce qui a amené les chercheurs à suggérer que la curcumine pourrait être un traitement sûr et efficace pour les troubles dépressifs majeurs.

Cependant, les scientifiques ne comprennent pas entièrement le rôle du curcuma et de la curcumine dans le traitement de la dépression, et des recherches supplémentaires sur l’homme sont nécessaires pour confirmer qu’il s’agit d’un traitement sûr et efficace.

8. La curcumine peut jouer un rôle dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

La curcumine est prometteuse pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR), un trouble inflammatoire chronique qui affecte généralement les articulations mais qui peut s’étendre à d’autres zones, comme les yeux, les poumons, la peau, le cœur et les vaisseaux sanguins. La PR provoque un gonflement douloureux des articulations qui peut entraîner l’érosion des os au fil du temps et, à terme, des difformités et des handicaps physiques.

Dans une étude, des personnes atteintes de PR ont reçu 500 mg de curcumine, 50 mg de diclofénac sodique (un anti-inflammatoire non stéroïdien délivré sur ordonnance), ou les deux en combinaison. Après huit semaines, le groupe traité uniquement à la curcumine a constaté une amélioration significative de la sensibilité et du gonflement des articulations par rapport aux deux autres groupes. Les chercheurs notent que le traitement à la curcumine était également sûr, n’entraînant aucun effet néfaste.

9. Le curcuma peut améliorer la santé de la peau

Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, antimicrobiennes et antioxydantes, le curcuma peut être un traitement efficace pour diverses affections cutanées, notamment l’acné, l’eczéma (dermatite atopique), le photovieillissement et le psoriasis. Pourtant, des recherches solides font défaut.

Une étude publiée dans le numéro de janvier 2018 du Open Access Macedonian Journal of Medical Sciences suggère que la curcumine orale en particulier pourrait être une option de traitement efficace et sûre pour le psoriasis (une maladie inflammatoire chronique de la peau), mais d’autres études sont nécessaires avant de faire des recommandations.

Selon les auteurs d’une autre revue, les traitements topiques à la curcumine pourraient être utiles pour traiter les troubles cutanés, d’autant plus que des recherches antérieures suggèrent que la curcumine est relativement sûre, même à fortes doses. Mais la couleur jaune-orange vif de la curcumine, sa faible solubilité et sa faible stabilité à un pH élevé en font un traitement topique de la peau peu attrayant.

10. Le curcuma protège votre corps contre les radicaux libres

Les antioxydants aident à protéger votre corps contre les dommages causés par les radicaux libres, une classe d’atomes hautement réactifs qui sont générés dans notre corps, ainsi que dans les polluants environnementaux comme la fumée de cigarette et les produits chimiques industriels. Une trop forte exposition aux radicaux libres peut altérer les graisses, les protéines et même l’ADN de votre corps, ce qui peut entraîner un certain nombre de maladies et d’affections courantes, notamment le cancer, l’arthrite, les maladies cardiaques et la maladie d’Alzheimer. C’est pourquoi les épices riches en antioxydants comme le curcuma peuvent jouer un rôle dans la protection contre les dommages causés par les radicaux libres.

La curcumine, en particulier, est capable d’éliminer différents types de radicaux libres, de contrôler les enzymes qui neutralisent les radicaux libres et d’empêcher certaines enzymes de créer des types spécifiques de radicaux libres, selon un article paru dans le numéro d’octobre 2017 de la revue Food.

11. Le curcuma peut être utilisé comme supplément anti-vieillissement

Actuellement, il n’existe aucune preuve que le curcuma ou la curcumine influencent directement la longévité, mais grâce à leur capacité à combattre l’inflammation, à protéger votre corps contre les radicaux libres et à retarder potentiellement la dégénérescence du cerveau et d’autres maladies liées à l’âge, le curcuma et la curcumine pourraient être des compléments anti-vieillissement efficaces, selon des recherches antérieures.

Des études suggèrent également que le curcuma et la curcumine sont pour la plupart sans danger, bien que certains effets secondaires négatifs (diarrhée, maux de tête, éruptions cutanées) aient été signalés à des doses allant de 500 à 12 000 mg.

12. La curcumine peut prévenir la dégénérescence des yeux

Le glaucome, un groupe d’affections oculaires, est l’une des principales causes de cécité chez les personnes de plus de 60 ans. Et, malheureusement, une fois que la vision a disparu, elle ne peut pas être restaurée.

Mais des recherches préliminaires publiées en juillet 2018 dans Scientific Reports montrent que les traitements topiques à la curcumine pourraient aider à protéger les yeux contre la dégénérescence. Les chercheurs ont appliqué une solution brevetée de gouttes oculaires de curcumine à des rats deux fois par jour pendant trois semaines. À la fin de l’étude, les rats non traités ont présenté une réduction de 23 % des cellules rétiniennes par rapport au groupe traité, ce qui suggère que le traitement à la curcumine a permis d’éviter la perte de ces cellules. Les résultats de l’étude semblent impressionnants, mais d’autres études sont nécessaires pour déterminer si la curcumine est efficace pour prévenir la dégénérescence oculaire chez l’homme.

Retour haut de page